HISTORIQUE

Qu’est-ce que le sauvetage côtier sportif ?

D’origine Australienne, ce sport peut être pratiqué par tous et à tout âge.

Il regroupe plusieurs spécialités qui sont inspirées du sauvetage côtier professionnel et de la volonté de « sauver mieux et plus vite ».

Cependant, dans la pratique, certaines épreuves se sont éloignées du sauvetage réel.

Dans un souci de sécurité, le matériel utilisé pendant les compétitions est conforme aux normes de la fédération internationale de sauvetage ILS.

La fédération Française est affilié à l’ILSE (fédérations européennes) et à l’ILS (fédération mondiale).

Les épreuves du sauvetage côtier sont proposées par des commissions sportives mondiales et européennes.

La France a repris ces épreuves parfois en modifiant certains points.

Le sauvetage côtier sportif nous vient d’Australie, où il est connu sous le nom de « Surf Life Saving« .

Son origine remonte à Manly Beach, septembre 1902. A cette époque, se baigner dans l’océan pendant la journée était un acte interdit et puni par la loi. Malgré cela des personnes comme William Gocher ont outrepassé cette loi et par leurs actions, ont ainsi forcé le gouvernement de l’époque à autoriser la baignade durant la journée. Petit à petit cette activité est devenue un passe-temps national.

L’océan a très rapidement révélé ses dangers, et des petits groupes de bénévoles expérimentés se sont organisés afin de porter secours aux personnes.

C’est le début des clubs de sauvetage côtier au sein desquels l’entraînement fût très vite considéré comme un sport. C’est en effet à partir de 1906 qu’on retrace les premières rencontres de sauveteurs à Bondi Beach (Sydney).

Comme les clubs grandissaient en taille et en nombre, la nécessité de créer un organisme ayant pour but de récolter des fonds et des aides des autorités locales est devenue une priorité.

Ainsi, le 18 octobre 1907, se forme la « New South Wales Surf Bathing Association » qui deviendra plus tard la « Surf Life Saving Association of Australia ». Enfin, en 1991, la fédération Australienne « Surf Life Saving Australia » est finalement mise en place.

Cette fédération s’est développée au point de devenir une organisation unique et nécessaire dans le mode de vie Australien.

Développement international

Novembre 1956

Les associations nationales de sauvetage côtier d’Australie, Nouvelle Zélande, Afrique du sud, Ceylan, Hawaii, Grande Bretagne et des Etats Unis d’Amérique forment « l’International Council of Surf Life Saving » (I.C.S.L.S.).

1971

Un congrès est tenu à Sydney, lors duquel tous les membres de l’ I.C.S.L.S. fondent une nouvelle organisation internationale appelée « World Life Saving » (W.L.S.). Enfin, en 1993, la W.L.S. (à laquelle on rattache le sauvetage côtier sportif, discipline de l’hémisphère Sud) et la Fédération Internationale de Sauvetage aquatique (F.I.S.), fondée en 1910 par le français Raymond Pitet à laquelle on rattache le sauvetage en eau plate, davantage européen, fusionnent pour devenir l’International Life Saving Federation (I.L.S.). Cette fusion a pris effet lors des Championnats du Monde de Sauvetage (eaux plate et côtier) en Grande-Bretagne en septembre 1994.

Historique du sauvetage côtier sportif en France

Bien que des compétitions en mer aient été organisées avant cette date, c’est en été 1990 qu’a lieu la première « Coupe de France de sauvetage côtier » à Lacanau, Hossegor et Biarritz. Ces épreuves, organisées par l’Association des Sauveteurs Professionnels de la Côte Aquitaine à l’occasion des étapes du circuit professionnel de surf, consistaient en un relais de 4 sauveteurs par équipe, chacun effectuant un « course/nage/course » avec des palmes.

A la suite d’une rencontre entre le sauveteur australien Adam Sambrook (Gold Coast) et Eric Petron en été 1992, un échange professionnel fût envisagé avec l’aide de Gilles Bouvier à La Jenny (Gironde). David Shields (Gold Coast) fût le premier australien à travailler en France en été 1993.

Parallèlement à ce début d’échange, Adam Sambrook et David Shields envoyèrent par conteneur du matériel qu’on avait encore jamais vu en France : 6 planches de sauvetage côtier, 1 kayak de sauvetage côtier et 6 bouées tubes,  arrivés à Bordeaux en septembre 1993.

Dans le but d’essaimer le sauvetage sportif, l’A.S.P.C.A. fût dissoute en septembre 1993 pour donner naissance à plusieurs associations. Enfin, pour pouvoir participer au Championnat du Monde de 1994 et pour continuer à développer le sauvetage côtier sportif, ces associations s’affilièrent à la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme (FFSS), seul organisme en France reconnu par l’ I.L.S.

La France a donc été représentée aux épreuves de sauvetage côtier pour la première fois de son histoire en septembre 1994 lors du Championnats du Monde à Newquay (GB), et le premier Championnat de France officiel a eu lieu en été 1995 à Lacanau (1ère journée) et Hossegor (2ème journée).

Après une première tentative avortée en décembre 1993, l’échange a finalement bien eu lieu en été 1994 (Scott Sorell) et hiver 94/95 (Eric Petron) entre La Jenny et Noosa (Sunshine Coast). Cet échange a été reconduit (Jon Wadling, Gilles Bouvier, Clint Irwin, Jean Philippe Cano, Mark Jacobs, Alain Arrouays, Peter Court, Luke Short) et est encore d’actualité… (Information prise sur le site du B.O.S.S.)

Sur le terrain…

Le sauvetage côtier peut se pratiquer sur lac, rivière, étang, océan, mer etc… à partir moment où celui-ci ne présente pas de danger pour les apprenants. Pour commencer la pratique, il vaut mieux s’acclimater au milieu et au matériel sur un plan d’eau calme. Notamment pour le surf ski. Au fur et à mesure de l’apprentissage, l’apprenant peut évoluer dans des conditions variables. L’intérêt, à long terme, est de pouvoir pratiquer sur tout type de plan d’eau (calme, venté, avec vagues…). La pratique du surf ski est longue, les plus jeunes peuvent être initiés sur des kayaks en plastique.

En ce qui concerne les compétitions de sauvetage côtier, le programme sera très souvent modifié en fonction des conditions de houle, de vent, de marée etc., mais n’est-ce pas là une preuve d’adaptabilité que nous essayons de développer chez les sauveteurs.

La FFSS est un organisme de sécurité civile fondé en 1899 et reconnue d’utilité publique.

C’est une fédération sportive agréée, délégataire du Ministère chargé des Sports.

La Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme compte 35.000 licenciés, 13 Ligues Régionales,  56 Comités Départementaux (dont le CD 17) et plus de 300 clubs dont l’ASSRA fait partie.

Les pôles d’activité demeurent essentiellement dans le secourisme et les missions de sécurité civiles (opérationnelles) sous la tutelle du Ministère de l’Intérieur. Le sauvetage sportif, quant à lui, est sous la tutelle du Ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative.

Retrouvez l’association dans les médias !

quis nec eget venenatis, ipsum felis eleifend odio consectetur leo. vel, nunc